Article background image
# Deep Tilt

Le fabuleux destin des vaccins #1

Camille Cazanave - QQF le 10/06/2021

10 min de lecture 🧠   Niveau « Je me débrouille »

Partager cet article :

Vaccin = espoir ?
 

Plus d'un an après le début de la pandémie de coronavirus qui frappe le monde, l'espoir de mettre fin à cette crise sanitaire, économique et sociale tient en un mot : vaccin ! 

Inventés il y a plus de deux siècles, les vaccins sont aujourd’hui une solution médicale particulièrement efficace. 

Le chiffre qui fait Tilt !

2 à 3

millions de décès évités par an dans le monde

Petite histoire (non linéaire) du vaccin

Pourtant, à l'origine, s'inoculer une maladie pour s'en protéger, ce n'est pas évident, voire contre-intuitif... Alors comment les humains ont-ils surmonté leurs frayeurs ? Comment en est-on arrivés là ?
 

Quelques siècles de tâtonnements...
 

Jusqu'au XVIIIème siècle 

Pendant des siècles, la variole ou "petite vérole" a semé la terreur à travers le monde. Cette maladie mortelle, couvrant les corps de pustules, a provoqué de nombreuses vagues épidémiques dévastatrices tout au long de l'histoire.
Au XVIème siècle, importée par les colons espagnols dans le nouveau monde, elle décime 80 % des aztèques.
 

Article background image

Au XVIIIème siècle, elle fauche 10 % de la population européenne. 

Article background image

L’ancêtre du vaccin : la variolisation. 

En Chine, en Inde ou dans l'empire Ottoman, on comprend que la variole est moins grave si on en a été victime une première fois sans en mourir. C'est ainsi qu'émerge la technique de la variolisation : on s'expose aux vêtements des malades, ou à la lymphe prélevée dans les pustules. La pratique est risquée mais on remarque tout de même que ceux qui survivent au traitement sont effectivement protégés de la maladie.
 

1796 : le point commun entre la vache et le vaccin 

Edward Jenner, médecin anglais, change le cours de l’histoire : il constate que les fermiers et fermières qui ont contracté la vaccine - une maladie bénigne transmise par les vaches, mais proche de la variole – semblent immunisés contre la variole.

1878 : le vaccin à virus atténué... on dit merci aux poules de Pasteur 

Dans les années 1870, Louis Pasteur, chimiste de formation, fait une découverte qui révolutionnera le champ médical : il réalise que ce sont les microbes qui provoquent les maladies ! 
Mais ce n’est pas tout ! Il s’intéresse au choléra des poules pour vérifier sa théorie et fait une autre découverte tout aussi importante. 
Il constate que les poules survivent à l’inoculation de vieilles cultures de bactéries. Et que les poulettes survivantes résistent à une seconde infection par de jeunes cultures. 

C'est ainsi que Pasteur inventera le « vaccin à virus atténué » : le virus est vivant mais ne peut pas rendre malade l'organisme. Cette méthode sauve encore des millions de vies à ce jour…

1885 : vaccin contre la rage. La rage… de vaincre. 

Maintenant qu'il maîtrise la méthode du vaccin sur les animaux, Louis Pasteur doit franchir un nouveau cap malgré ses craintes : l'expérimenter sur un humain. Il s'intéresse alors au virus de la rage parce qu’elle affecte à la fois l’homme et l’animal.
 

Article background image

AU XXÈME SIÈCLE, LES VACCINS SE PERFECTIONNENT 

1921 : BG le BCG

En 1921, deux Français mettent au point le vaccin contre la bactérie causant la tuberculose, isolée en 1882 par l’Allemand Robert Koch (le grand adversaire de Louis Pasteur en matière de recherche microbienne).
Albert Calmette et Camille Guérin donneront ainsi leurs noms au BCG pour Bacille de Calmette -Guérin.
Alors que la tuberculose aurait causé plus d'un milliard de décès au cours des deux derniers siècles, le vaccin protège aujourd'hui plus de 100 millions d'enfants dans le monde chaque année.

Article background image

1923 – 1925 : Adios le tétanos 

Géant méconnu de la vaccination, nommé 155 fois au prix Nobel sans jamais le décrocher, le Français Gaston Ramon est pourtant l'inventeur des vaccins dits "anatoxines" qui sont encore à ce jour appliqués pour lutter contre le tétanos et la diphtérie.
La diphtérie était la première cause de mortalité infantile en Europe au XIXème siècle, tandis que le tétanos entrainait la mort dans plus d'1 cas sur 5.

1937 – 1967 : Carton plein pour les vaccins 

Alors qu'on cultivait les virus sur des œufs, des poulets et autres tissus d'animaux, on parvient désormais à les cultiver en milieu synthétique. Ces progrès favoriseront l'émergence de plusieurs vaccins viraux qui font encore leurs preuves aujourd'hui :
 

Article background image

1967 – 1980 : le génie génétique 

Après les vaccins à virus atténués et inactifs, de nouveaux vaccins s'appuyant sur les biotechnologies et la génétique émergent. Désormais, on parvient à manipuler le code génétique de microorganismes pour fabriquer des vaccins efficaces et moins couteux.

Le vaccin contre l'hépatite B, virus responsable de cancers du foie, sera le premier a être produit par génie génétique au début des années 80.

1980 : La variole fait moins la mariole 

C'est officiel, la variole, "grande faucheuse de l'humanité", qui aurait causé plus de décès que toutes les guerres réunies est ÉRADIQUÉE annonce l’Organisation mondiale de la santé. 
C’est, à ce jour, la seule maladie infectieuse humaine à avoir été éliminée.
 

1991 : un vaccin contre le cancer 

Cette année-là, les travaux de l'Australien Ian Frazer et du Chinois Jian Zhou rendent possible la création d'un vaccin contre le papillomavirus humain (VPH).
Ce virus transmissible sexuellement, est la première cause de cancer du col de l’utérus qui est lui-même responsable d'environ 275 000 décès de femmes dans le monde chaque année.

AU XXIÈME SIÈCLE, TOUT S’ACCELERE ! 

2020 : Vaccin vitesse grand V

Alors que le virus SRAS-CoV-2 se propage à travers le monde, une véritable course contre la montre s'engage pour lutter à armes égales contre lui. La pandémie donne ainsi un coup d'accélérateur inédit à la recherche et au développement de vaccins. Un an après la découverte et le séquençage du virus, plus de 200 vaccins candidats sont en cours de mise au point, dont plus d’une soixantaine sont en phase de développement clinique.
Plus d'1 milliard de vaccins ont été administrés à travers le monde.

Parmi eux, on retrouve :

  • Des vaccins "classiques" basés sur la méthode de l'injection de virus atténué ou inactif.
  • Une technologie novatrice : le vaccin à ARN messager.
Article background image

Pour bien comprendre, l’INSERM a préparé un dossier sur l’ARN messager 

Avec les campagnes vaccinales contre la Covid à travers le monde, le déploiement sans précédent de l'ARN messager ouvre potentiellement la voie à de nouveaux développements médicaux puisqu'il pourrait jouer un rôle clef dans le traitement de certains cancers ou soigner les tissus du cerveau après un AVC.

La peur du vaccin, une vieille histoire !

Risqués ? Inefficaces ? Douloureux ? Les craintes entourant les vaccins notamment ceux contre la Covid-19 sont en réalité ancestrales. 
Au XVIIIème, la variolisation est considérée comme un acte diabolique. Lorsque E. Jenner inocule la vaccine, la peur est grande : et si les vaccinés se transformaient en vache ?

Aujourd'hui, avec le recul des épidémies infectieuses, la peur des effets secondaires des vaccins l'emporte sur la crainte de la maladie elle-même. Le caractère obligatoire des vaccins est remis en cause, ce qui provoque la résurgence de maladies comme la rougeole en Europe entre 2008 et 2011.

Si la vaccination n'a pas toujours été un succès au début de son histoire pour des raisons d'hygiène, de conservation ou de fabrication, la pharmacovigilance n'a jamais été aussi forte et le vaccin est à ce jour considéré par l'OMS comme la solution médicale la plus efficace qui ait été inventée au regard des millions de vie qu'elle a contribué à sauver.

Et demain, quels vaccins ? 

De nouveaux vaccins prometteurs : 

  • Contre le paludisme : un vaccin s’est avéré efficace dans 77 % des cas pour la première fois en 2021
  • Contre le sida : un vaccin candidat suscite l’espoir depuis 2021, puisqu’il aurait provoqué une réponse immunitaire chez 97 % des patients

Malgré les avancées de la recherche, et même si les maladies infectieuses semblent avoir reculé de notre côté de l'hémisphère, les populations des pays du Sud moins protégées et équipées subissent encore de plein fouet les maladies. La crise du Covid met ainsi en lumière le fossé qui se creuse entre les pays du Nord et du Sud et pose question quant au défi collectif que représente l'accès aux vaccins.

Mais ça, on en parle dans la prochaine infographie !

Je donne mon avis

🧐

Es-tu vacciné.e contre la Covid-19 ?

Par Camille Cazanave - QQF

Une infographie réalisée par QQF, en partenariat avec l'AFD

Partager cet article :

J'agis

J'ai du temps ⏰⏰⏰

Bénévolat, formation, appel à projet, jobs

J'ai 1 journée ⏰⏰

Évènements, création de contenus

J'ai 1 minute ⏰

Petites actions (en ligne), grandes différences. Avis, pétitions, partages