Inventés il y a plus de deux siècles, les vaccins sont aujourd'hui une solution médicale particulièrement efficace puisqu'ils permettent Plus d'un an après le début de la pandémie de coronavirus qui frappe le monde, l'espoir de mettre fin à cette crise sanitaire, économique et sociale tient en un mot : le vaccin ! d'éviter 2 à 3 millions de décès par an dans le monde. ? ? ? ? ? ? ? Pourtant, à l'origine, s'inoculer une maladie pour s'en protéger, ce n'est pas évident, voire contre-intuitif...Alors comment les humains ont-ils surmonté leurs frayeurs ? Comment en est-on arrivé là ? À la fin du XVIII e  siècle, la variole fait encore des ravages mais les observations d'un médecin anglais, Edward Jenner, vont changer le cours de l'histoire ! Il constate que les fermiers et fermières quiont contracté la vaccine - une maladie bénigne transmise par les vaches, mais proche de la variole - semblent immunisés contre la variole. Dans les années 1870, Louis Pasteur, chimiste de formation, fait une découverte qui révolutionnera le champ médical : Mais ce n'est pas tout ! Il s'intéresse au choléra des poules pour vérifier sa théorie et fait une autre découverte tout aussi importante... Il constate que les poules survivent à l'inoculation de vieilles cultures de bactéries. C'est ainsi que Pasteur inventera le « vaccin à virus atténué » : le virus est vivant mais ne peut pas rendre malade l'organisme. Cette méthode sauve encore des millions de vies à ce jour… Maintenant qu'il maîtrisela méthode du vaccin sur les animaux, Louis Pasteur doit franchir un nouveau cap malgré ses craintes : l'expérimenter sur un humain. Il s'intéresse alors au virus de la rage parce qu’elle affecte à la fois l’homme et l’animal. Et autre fait incroyable : les poulettes survivantes résistent à une seconde infection par de jeunes cultures. = le vaccin 1796 : Le point commun entre la vache et le vaccin 1878 : On dit merci aux poules de Pasteur 1885 : La rage... de la vaincre Jusqu'au XVIII e  siècle Pendant des siècles, la variole ou "petite vérole" a semé la terreur à travers le monde. Cette maladie mortelle, couvrant les corps de pustules, a provoqué de nombreuses vagues épidémiques dévastatrices tout au long de l'histoire. Au XVIème siècle, importée par les colons espagnols dans le nouveau monde, elle décime : Au XVIII e   siècle, elle fauche : 10% de la population européenne. 80% des aztèques. Pas encore le vaccin mais la première vaccination : En 1796, Edward Jenner inocule ainsi la vaccine à James Phipps, le fils de son jardinier. Pour cela, il n'utilise pas encore d'aiguille mais s'inspire de la technique de la variolisation : Il fait une petite entaille sur le bras de l'enfant et y dépose du pus prélevé sur la main d’une fermière contaminée par la vaccine. Cette expérience réussie donnera son nom à la vaccination et plus tard, aux vaccins (qui seront inventés par Pasteur, on y vient !). Et là, bingo, le petit James développera une petite pustule et... c'est tout, il n'attrapera pas la variole. Il comprend que ce sont les microbes.... ...qui provoquent les maladies. Louis Pasteur créera ainsi autour de lui une véritable école de pensée scientifique. Il fondera l’Institut Pasteur qui forme toujours de nombreux chercheurs en infectiologie, immunologie, parasitologie, génétique… Durant dix jours, Joseph Meister reçoit une dizaine de piqûres du virus atténué de la rage et...survit ! Lorsque Joseph Meister se fait mordre par un chien enragé dans son petit village alsacien, sa mort semble inévitable. Le 6 juillet 1885, sa mère tente le tout pour le tout et part à Paris à la rencontre de Louis Pasteur.Le scientifique hésite puis décide de traiter l'enfant condamné. Il deviendra le premier être humain vacciné et entrera dans la légende avec Louis Pasteur. Le premier humain vacciné : ? ? En 1921, deux Français mettent au point le vaccin contre la bactérie causant la tuberculose,isolée en 1882 par l’Allemand Robert Koch (le grand adversaire de Louis Pasteur en matière de recherche microbienne). Albert Calmette et Camille Guérin donneront ainsi leurs noms au BCG pour Bacille de Calmette -Guérin. Alors que la tuberculose aurait causé plus d'un milliard de décès au cours des deux derniers siècles, Géant méconnu de la vaccination, nommé 155 fois au prix Nobel sans jamais le décrocher, le Français Gaston Ramon est pourtant l'inventeur des vaccins dits "anatoxines" qui sont encore à ce jour appliqués pour lutter contre le tétanos et la diphtérie. Alors qu'on cultivait les virus sur des œufs, des poulets et autres tissus d'animaux, on parvient désormais à les cultiver en milieu synthétique. Ces progrès favoriseront l'émergence de plusieurs vaccins viraux qui font encore leurs preuves aujourd'hui : Après les vaccins à virus atténués et inactifs, de nouveaux vaccins s'appuyant sur les biotechnologies et la génétique émergent. Désormais, on parvient à manipuler le code génétique de micro-organismes pour fabriquer des vaccins efficaces et moins coûteux. C'est officiel, la variole, "grande faucheuse de l'humanité", qui aurait causé plus de décès que toutes les guerres réunies, est ÉRADIQUÉE annonce l’Organisation mondiale de la santé ! Cette année-là, les travaux de l'Australien Ian Frazer et du Chinois Jian Zhou rendent possible Ce virus transmissible sexuellement, est la première cause de cancer du col de l’utérus qui est lui-même responsable d'environ 275 000 décès de femmes dans le monde chaque année. C’est, à ce jour, la seule maladie infectieuse humaine à avoir été éliminée. Le vaccin contre l'hépatite B, virus responsable de cancers du foie, sera le premier à être produit par génie génétique au début des années 80. Dans les années 50-60, les protections combinées contre plusieurs maladies à la fois voient le jour. Ce sont les fameux : le vaccin protège aujourd'hui plus de 100 millions d'enfants dans le monde chaque année. La diphtérie était la première cause de mortalité infantile en Europe au XIX e  siècle, la création d'un vaccin contre le papillomavirus humain (VPH). 1921 : BG Le BCG 1923-1925 : Adios le tétanos 1937-1967: Carton plein pour les vaccins 1967-1980: Le génie génétique 1980: La variole fait moins la mariole 1991: Un vaccin contre le cancer DTP  (contre la diphtérie –tétanos–polio). = tandis que le tétanos entrainait la mort dans plus d'1 cas sur 5. 1 2 3 Il fût d’abord administré aux soldats américains envoyés en Europe durant la seconde guerre mondiale. La polio est aujourd'hui proche de l'éradication. ROR  (contre la rougeole –rubéole –oreillons). = Avec le vaccin contre l'hépatite B, c'est le second vaccin prévenant contre un cancer à ce jour. Cette découverte bouleversera la gynécologie préventive avec la commercialisation en 2006 du vaccin Gardasil administrable aux filles comme aux garçons. ok je sors! ? ? L'ancêtre du vaccin: la variolisation. En Chine, en Inde ou dans l'empire Ottoman, on comprend que la variole est moins grave si on en a été victime une première fois sans en mourir. C'est ainsi qu'émerge la technique de la variolisation: La pratique est risquée mais on remarque tout de même que ceux qui survivent au traitement sont effectivement protégés de la maladie. on s'expose aux vêtements des malades, ou à la lymphe prélevée dans les pustules. dipthérie cholera variole dtp ROR BCG fièvre jaune polio grippe vph diphtérie-tétanos Quelques siècles de tâtonnements: gardasil Au XX e  siècle, les vaccins se perfectionnent