Article background image
# Deep Tilt

Inégalités économiques, creuse toujours tu m'intéresses

Rédaction Tilt le 13/02/2021

7 min de lecture 🧠   Niveau « Je me débrouille »

Partager cet article :

Le chiffre qui fait tilt !

70

% de la population de la planète est confrontée à une augmentation des inégalités. Et la crise liée au coronavirus pourrait les accroitre davantage, en faisant basculer un demi-milliard de personnes dans la pauvreté, alors que les plus fortunés prospèrent.

Sources : Rapport social mondial de l’ONU 2020, Rapport Oxfam sur les inégalités mondiales 2021.
 

On a perdu le contrôle…

En trente ans, la pauvreté a reculé dans le monde, notamment grâce à l’essor des pays émergents. Mais les inégalités de revenus, de patrimoine, d’accès aux soins et à la culture continuent d’augmenter entre régions du monde et au sein de chaque pays.

Conséquences ? L’écart se creuse entre les plus riches et les plus pauvres et menace la cohésion de nos sociétés. Et l’heure est grave ! L’an dernier, à cause du coronavirus, les inégalités ont augmenté simultanément dans la quasi-totalité des pays du monde pour la première fois depuis plus d’un siècle. 

Des chiffres qui font mal

Article background image

Des inégalités éléphantesques…

Pour représenter les inégalités, l’économiste Branko Milanovic a créé « la courbe de l’éléphant ». Car l’évolution des niveaux de vie des riches, des pauvres et des classes moyennes dans 120 pays, entre 1988 et 2008, suit la physionomie du fier animal. Sauf que la trompe relevée du pachyderme n’est pas porteuse de bonnes nouvelles !

Elle signifie que les grands gagnants de la mondialisation sont les 1 % les plus riches de la planète : leurs revenus ont augmenté de 65 %. Les populations des pays émergents se sont aussi enrichies, mais de manière moins prononcée.

Et les dernières études le montrent : depuis 40 ans, les 50 % des plus bas revenus du monde ont capté 12 % de la croissance tandis que les 1 % des plus hauts revenus ont capté 27 % de la croissance. 
 

Article background image

… Et inégalement réparties !

On le voit sur la carte ci-dessous, l’inégalité reste extrêmement élevée au niveau mondial. Et ce n’est pas parce qu’un pays est dit « riche » qu’il est forcément égalitaire (par exemple les États-Unis, la Chine, l’Inde, le Brésil…).
 

Article background image

Pour mesurer la répartition des richesses dans un pays, le statisticien et sociologue italien Corrado Gini a créé un outil précieux : l’indice de Gini. Cet indicateur va de 0 (l’égalité parfaite, où tous les revenus et les niveaux de vie seraient égaux) à 1 (l’inégalité extrême, où une seule personne posséderait tout et les autres n’auraient rien). Au-dessus de 0,4, les économistes considèrent qu’il y a un manque de cohésion important, et un risque d’instabilité économique, sociale et politique. 

Quand le climat s’en mêle

La dégradation de l’environnement et les événements météorologiques extrêmes (sécheresses, inondations, tempêtes) rendent encore plus pauvres les pays déjà pauvres. Et les populations vulnérables sont les premières à en subir les effets.
Les dérèglements climatiques, provoqués par l’activité humaine, jouent ainsi un rôle conséquent dans l’aggravation des inégalités.
 

Article background image

Covid-19, le virus du portefeuille

La pandémie de Covid-19 est également un facteur aggravant des inégalités.

En 2020, les 1 000 personnes les plus riches du monde auraient retrouvé leur niveau de richesse d’avant la pandémie de coronavirus en seulement 9 mois, alors qu’il pourrait falloir plus de dix ans aux personnes les plus pauvres : c’est ce que révèle l’ONG Oxfam dans son rapport sur les inégalités 2021. En somme, le virus creuse encore davantage le fossé entre les plus riches et les plus pauvres. En France, c’est plus d’un million de personnes qui seraient tombées dans la pauvreté selon les associations caritatives, notamment les femmes travailleuses précaires, et les jeunes.

L’égalité, c’est pour demain… ou après-demain ?

Dans les années 1980, la mondialisation avait suscité l’espoir de faire reculer les inégalités. Mais c’est l’inverse qui se passe. Ce système économique inégalitaire profite en premier lieu aux personnes les plus aisées et la croissance économique renforce souvent les écarts de richesse. Ces inégalités affaiblissent le développement des pays, la cohésion sociale et le bien-être des populations.

Néanmoins, pour finir sur une note d’espoir, rappelons qu’en trente ans la pauvreté a reculé partout sur la planète. 

Alors, l’égalité, c’est pour demain ?
 

Par Rédaction Tilt

Une infographie réalisée en collaboration avec Oxfam. 

Source : Oxfam 

Partager cet article :

J'agis

J'ai du temps ⏰⏰⏰

Bénévolat, formation, appel à projet, jobs

J'ai 1 journée ⏰⏰

Évènements, création de contenus

J'ai 1 minute ⏰

Petites actions (en ligne), grandes différences. Avis, pétitions, partages