le commerce équitable
# MasterTilt

À quoi ça sert le commerce équitable ?

Le Drenche le 20/10/2021

7 min de lecture 🧠   Niveau « Je gère »

Partager cet article :

On se demande souvent comment mieux consommer. Parmi la foultitude de solutions, du vrac aux labels, il est parfois difficile de s'y retrouver. Aujourd’hui, on met la focale sur une solution : le commerce équitable. Le Drenche, journal étudiant de débats, est allé à la rencontre de Mathieu Boche, responsable équipe projet agriculture et développement rural au sein de l’Agence française de développement, pour mieux comprendre ce qui se cache derrière cette appellation. 

Qu’est-ce que le commerce équitable ?

Dans les grands principes, cela consiste à mettre en place des mécanismes de commercialisation des produits agricoles qui permettent une juste rémunération des producteurs. Il y a plusieurs mécanismes pour y parvenir. Cela peut, entre autres, passer par des labels qui garantissent un surplus de rémunérations aux producteurs en contrepartie d’un certain nombre d’engagements pour les organisations de producteurs comme par exemple, sur les conditions de travail, l’égalité femmes-hommes ou encore le respect de l’environnement. Ces engagements vont dépendre plus précisément du cahier des charges défini par chaque label. Mais il peut également y avoir des engagements sur les pratiques sociales, les conditions de travail ou encore le respect de l’environnement.

Si on prend l’exemple du cacao en Côte d’Ivoire, la plupart des labels vérifient que les producteurs et les coopératives n’ont absolument pas recours au travail des enfants, ou qu’ils ont recours à des pratiques agroécologiques. 
Les indications géographiques (IG), bien que relevant d’une logique différente car faisant partie des instruments de de protection de la propriété intellectuelle, contribuent de façon indirecte à améliorer les revenus des producteurs et le caractère équitable des relations commerciales.

S’applique-t-il uniquement au commerce international Nord – Sud ? 

Originellement, le commerce équitable est apparu en réaction à l’iniquité croissante dans les rapports commerciaux internationaux, notamment dans les filières d’exportation du Sud vers le Nord. C’est sur ces filières que les producteurs semblaient le plus vulnérable aux variations de prix, et c’est aussi là qu’il y avait une propension des acheteurs, de par leur niveau de vie, à payer davantage. 

Mais le sujet de l’équité dans les relations commerciales et plus largement de l’amélioration des revenus pour les producteurs est aussi un sujet concernant les échanges Sud-Sud. Il concerne plutôt les IG. En Côte d’Ivoire par exemple, un travail d’enregistrement de l’Attieké des lagunes (semoule de manioc) comme IG est en cours.

Pour des échanges Nord-Nord, des initiatives comme “C’est qui le patron ?” rentrent également dans la définition large du commerce équitable. Ce n’est pas toujours lié à une indication protégée ou une certification. Si on a une vision plus large du commerce équitable en tant que juste rémunération des producteurs, cela peut s’appliquer potentiellement à la commercialisation de tous les produits agricoles.

Est-ce que c’est assez équitable ? Est-ce que ça a augmenté la part payée au producteur ? De combien ?

Ce qui est certain, c’est que le prix d’achat aux producteurs a augmenté. Cet aspect est documenté, prouvé, et efficace. La proportion dépend fortement des produits et des mécanismes. Sur le cacao en Côte d’Ivoire ou au Pérou, une étude du BASIC (Bureau d’Analyse Sociétale pour une Information Citoyenne) a démontré que le commerce équitable a permis des réductions très fortes des coûts cachés des filières (environnementaux et sociaux).

En Côte d’Ivoire, on observe une réduction des coûts sociétaux de l’ordre de 18 % lorsque la filière est équitable, en grande partie grâce à l’augmentation moyenne du revenu des producteurs. Au Pérou, ces coûts sociétaux sont même réduits de 80 % dans la filière cacao équitable : non seulement le revenu versé aux producteurs leur permet de sortir de la grande pauvreté, mais les primes collectives sont aussi régulièrement investies dans des services essentiels. Par ailleurs, le commerce équitable a fortement contribué au renforcement des coopératives de producteurs qui, aujourd’hui, savent mieux défendre les intérêts de leurs membres, tant au niveau commercial que politique.

Le chiffre qui fait Tilt

6

grands industriels détiennent

50 % du marché du chocolat mondial

Source : Étude du BASIC (Bureau d’Analyse Sociétale pour une Information Citoyenne)

Est-ce que le commerce équitable pourrait à terme représenter 50 % voire 100 % du commerce agricole mondial ?

Cela paraît compliqué sur certains secteurs, comme les céréales, qui sont déjà dans des schémas de commercialisation mondialisés. Cela s’applique plutôt aux produits qui nécessitent une transformation avec une valeur ajoutée importante, ou pour lesquels il existe une demande suffisamment importante pour augmenter sensiblement les prix. Donc cela ne peut pas être appliqué à toutes les productions

De plus, cela implique de mettre en place des canaux de distribution spécifiques, ce qui n’est pas simple. Si on reprend l’exemple du cacao, il a fallu développer des circuits de transport équitablement, pour éviter que le cacao cultivé différemment se retrouve dans les mêmes containers que celui cultivé sans label. 

Comment peut évoluer le commerce équitable ?

Le commerce équitable est né pour améliorer la rémunération des producteurs, puis s’est étendu à d’autres enjeux, environnementaux ou sociaux. Il n’est donc pas figé dans le temps, et continue à évoluer. Les dispositifs qui permettent d’améliorer les revenus des producteurs comme les IG, peuvent également être des éléments forts permettant de reconnaître et de conserver un patrimoine historique et culturel. Cette logique, très développée en France, est en réalité encore très peu développée à l’échelle internationale.

Les labels environnementaux comme ceux portant sur l’agriculture biologique participent également d’une logique d’une meilleure équité dans les échanges commerciaux, dans le sens où ils permettent d’augmenter la rémunération des agriculteurs en valorisant des pratiques plus vertueuses et respectueuses de la biodiversité et de l’environnement.

Je me teste

🌾

10 % de la surface terrestre est dédiée à l’agriculture et à l’élevage.

Agriculture Alimentation

Par Le Drenche

Partager cet article :

J'agis

J'ai du temps ⏰⏰⏰

Consommer ... sans nuire !

Tous les outils ici

J'ai 1 journée ⏰⏰

Engage ton campus dans le commerce équitable

Découvre le label !

J'ai 1 minute ⏰

Je m'y retrouve parmi tous les labels

Je le télécharge